scroll

12/2020

RGAA 4 – mise en œuvre d’un audit d’accessibilité

Digiwin, avec ses experts accessibilité certifiés par Accessiweb, accompagne ses clients dans leurs mises en conformité RGAA depuis de très nombreuses années. A travers cet article, découvrez plus en détails l’organisation et la démarche d’un audit d’accessibilité RGAA d’un site ou d’une application. 

Retrouvez également dans un article dédié la mise en œuvre du schéma pluriannuel de mise en accessibilité.

Qu’est-ce que le RGAA ?

Le référentiel général d’amélioration de l’accessibilité (RGAA, aussi prononcé RG2A) est un document normatif :

  • Edité par la DINSIC (direction interministérielle du numérique et du système d’information et de communication de l’État) et,
  • Inspiré des WCAG (Web Content Accessibility Guidelines, proposées par le W3C).

Le RGAA, dans sa version 4, a été publié en septembre 2019. Il s’agit d’une méthode d’application des WCAG 2.1 à destination des administrations et des entreprises françaises. A travers une série de documents, le RGAA permet d’évaluer l’accessibilité d’un site internet ou de toute application client web. Son objectif est de permettre aux techniciens d’offrir des plateformes utilisables de façon optimale par toutes catégories de public, que ce soit par des personnes handicapées ou par des populations moins familiarisées avec les outils numériques.

Apports du RGAA 4

Par rapport au RGAA 3, la version 4 apporte un certain nombre de modifications :

  • Disparition des références aux niveaux A, AA et AAA. Désormais, la conformité se mesure à l’aune du niveau AA des WCAG (niveau A inclus donc) correspondant à l’exigence européenne en matière d’accessibilité numérique.
  • Le RGAA 4 n’a plus seulement vocation à servir de référentiel aux administrations publiques, mais s’étend aussi au secteur privé.
  • Le précédent RGAA 3 s’appuyait sur les recommandations WCAG 2.0, le RGAA 4 s’appuie sur les WCAG 2.1.
  • Le RGAA 4 tient davantage compte de l’évolution des technologies actuelles, chargements asynchrones, affichages sur mobile etc.
  • Apparition d’un calcul de score de référence afin d’estimer la conformité globale de l’échantillon audité.

Déroulé d’une mise en conformité avec le RGAA

  • Audit initial

    1

    • Identification d’échantillon d’une dizaine de pages/gabarits
    • Diagnostic et report des non-conformités
    • Synthèse avec le score de conformité
  • Support pour les corrections

    2

    • Fichier bureautique
    • Outil de ticketing
  • Audit de contrôle

    3

    • Diagnostic des anomalies identifiées
    • Validation ou non
  • Déclaration des conformités

    4

    • Pour les collectivités et administrations françaises
    • Pour les entreprises au Chiffre d’Affaire supérieur à 250 millions d’euros

1. Audit initial – préconisations

En application de la loi de février 2005 pour l’égalité des chances, le respect des normes d’accessibilité impose aux concepteurs de sites une prise en compte des recommandations des WCAG dès la phase de conception.

Quand réaliser l’audit ?

Accompagnement dès l’origine du projet

Pour développer un site accessible, le mieux est de suivre le projet depuis sa conception jusqu’à sa mise en production. Et même après. Cela signifie :

  • Apporter une expertise conseil dès l’élaboration du cahier des charges ;
  • Accompagner les choix techniques et ergonomiques ;
  • Sensibiliser les équipes de design aux problématiques graphiques et auditer les maquettes ;
  • Suivre les développements au quotidien par l’audit au fil de l’eau des composants ou gabarits avec mise en place d’un service de ticketing ;
  • Former les équipes de contribution ;
  • Auditer les pages contribuées après leur mise en production ;
  • Produire et publier la déclaration de conformité.

Accompagnement d’un projet en cours ou a posteriori

Certains projets n’intègrent pas les contraintes d’accessibilité en amont et nécessitent une intervention a posteriori. Dans ce cas, la réalisation d’un audit peut s’effectuer sur des gabarits déjà développés.

Déroulement d’un audit d’accessibilité

  • Échantillonnage d’une dizaine de pages/gabarits. Certaines pages sont déterminées automatiquement par le RGAA : page d’accueil, page de contact, page dédiée à l’accessibilité, à la recherche etc. ;
  • Audit RGAA de l’échantillon et report de chaque erreur dans une grille à destination des équipes de développement ;
  • Restitution synthétique du document avec présentation à destination des décideurs du projet. Ce document de synthèse comporte un calcul de score établi suite à l’audit. Ce score ne doit pas descendre en dessous de 50% de conformité et doit tendre vers 100%. On peut considérer un site comme accessible avec un score au-delà de 80%. Bien sur, ce calcul reste une indication subjective, sans prise en compte des difficultés rencontrées par certains publics. Dans le cas où certains critères ne pourraient être rendus conformes, il conviendra d’étudier l’éventualité de dérogations.

Selon la complexité des pages/gabarits du site, la durée d’un audit est variable. Plus le site fera appel à des technologies nouvelles, en asynchrone avec des animations, des scripts et des formulaires complexes, plus l’audit sera long. Il faut compter de 5 à 10 jours pour un travail complet.

2. Support pour les corrections

Suite à l’audit, l’expert fournit aux équipes de développement un document de recommandations. Ce document peut se présenter sous forme rédigée et/ou être constitué de tickets de suivi dans une application dédiée. Le suivi par tickets étant plus efficace pour s’assurer de la correction des erreurs. C’est la méthode que Digiwin recommande de mettre en place. Elle permet de se dispenser d’une partie de l’audit de contrôle.

3. Audit de contrôle

Pour un audit sans suivi par tickets, il convient d’effectuer une vérification complète des travaux de mise en conformité. Cet audit de plusieurs jours repasse sur toutes les anomalies constatées et les valide ou non avant d’aboutir à un nouveau calcul de score.

Pour un audit suivi par ticketing, l’audit de contrôle (de moindre ampleur) est décalable dans le temps, de façon à s’assurer de la mise en conformité en production.

4. Déclaration de conformité

Les collectivités et administrations françaises, ainsi que toute entreprise dont le chiffre d’affaire annuel dépasse les 250 millions d’euros, ont l’obligation de mettre à disposition du public une déclaration de conformité. Cette déclaration, document normée, doit être accessible en ligne et présenter les travaux effectués en vue du respect des normes d’accessibilité. Le score et les dérogations doivent y figurer, ainsi que le contact d’une personne référente et celui du défenseur des droits, en cas de litige.

La publication de la déclaration de conformité clos généralement le cycle d’audition d’un projet accessible. Mais, elle peut être fournie de manière provisoire, avant la fin des derniers travaux, puis mise à jour.

Jordi VILA

Expert accessibilité

Vous souhaitez être accompagné pour rendre vos sites accessibles ?

Prenons contact !